AccueilVie PratiqueEnvironnementEspaces verts

Espaces verts

Les plantes invasives

Un arrêté municipal a été pris le 17 septembre 2014 pour lutter contre les plantes invasives. Cet arrêté interdit la culture sur le territoire de la commune des Baccharis, Cortaderia et Reynoutira, il invite les citoyens et professionnels à participer à la lutte contre l’implantation de ces végétaux sur le territoire. L’arrêté autorise ainsi à les arracher et les brûler.
Un grand merci aux personnes ayant déjà entamé une action dans ce sens. 
Consulter l'arrêté

Les produits phytosanitaires

Depuis quatre ans, les employés des Services Techniques Municipaux n’utilisent plus de produits phytosanitaires.
La règlementation en vigueur interdit strictement l’usage de ces produits sur des surfaces à forte inclinaison, à moins de 150 mètres d’une grille pluviale, d’un avaloir ou d’un fossé, et d’autre part, à proximité immédiate du milieu récepteur (la mer).
Ainsi, la Collectivité a opté pour la technique du désherbage thermique et acquis un appareil appelé Aquacide.
De plus, des actions alternatives au désherbage chimique ont été mises en œuvre :

  • paillage des massifs,
  • pose de bâche, 
  • désherbage manuel,
  • choix des plantes et arbustes adaptés au site,
  • fleurissement en utilisant des tapis fleuris,
Tapis fleuri
 

Le Service Espaces Verts de la Commune participe, depuis quatre ans, au concours des villes et village fleuris. Après un 3e prix départemental en 2007, un 2e prix en 2008, un 1er prix en 2009, la commune a obtenu sa 1ère fleur dans le cadre du concours régional des Villes et Villages Fleuris 2010.

Cette récompense contribue au développement touristique du territoire communal et confirme les actions engagées depuis quelques années sur le thème du développement durable.

La gestion différenciée

La gestion différenciée, « gestion raisonnée durable » ou « gestion évolutive durable », est une façon de gérer les Espaces Verts en milieu urbain. Elle consiste à ne pas appliquer à tous les espaces la même intensité, ni la même nature des traitements.
Certains espaces, moins fréquentés aux sols, plus fragiles, sont laissés à l’abandon afin d’y conserver des refuges pour la biodiversité et une plus grande diversité de paysages, alors que d’autres sont tondus intensivement en raison de leur fonction (terrain de foot  du Poulbert destiné aux compétitions).

Cette logique s’accompagne  d’une augmentation de surfaces végétalisées et d’une réduction (ou suppression) de l’usage des pesticides et désherbants et de l’utilisation des produits de taille en utilisation locale (paillage, mulching).
Tout en maintenant des pratiques horticoles traditionnelles dans certains espaces (massifs de la Mairie), nous  essayons de faire évoluer l’entretien sur d’autres secteurs : Kervourden et ses vivaces ; le jardin des anciens ; les cyclamens du Voullien.

Notre objectif n’est pas de moins entretenir, mais d’améliorer le paysage et de créer de la biodiversité. Nous souhaitons nous inscrire dans une démarche respectueuse de l’environnement.
Parfois, le public assimile le non fauchage à un manque d’entretien. Le fait est que nous laissons pousser l’herbe afin d’éviter d’utiliser des désherbants chimiques.

Notre société change sur un faux rythme, les discours sont plus rapides que les actes et le passage à l’action s’accompagne souvent de résistance au changement. Le paysage n’échappe pas à la règle.